.15 avril 2020
Laura HANEQUAND

Partager sur

HYBRIDISM – LETHVM | Les Extras 2020 : Les artistes se confi(n)ent


Lethvm – Hybridism – Célénasophia – Mangrove – ORA – Dirty Wolfgang – RARI – Tom Franck – Yakhchal – DEN!ED – A boy with a beard – Bothlane – S O R O R – Maya – Deadline – Glass Museum –
RIVE

Retrouvez de nouvelles interviews “Les Extras : les artistes se confi(n)ent” chaque semaine !


LETHVM

Lethvm, c’est quoi ? Pouvez-vous définir votre projet en quelques mots ?

Nous sommes un groupe oscillant entre le post-métal et le sludge. Nous avons une musique sombre, parfois brutale, mais également atmosphérique.

Vous avez participé au dispositif LOUD en 2017. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

Cela nous a déjà apporté beaucoup de beaux souvenirs. Nous avions appris pas mal de choses concrètes qui ont fait évoluer nos prestations live. Au delà de ça, je pense que le LOUD a apporté une certaine crédibilité au groupe dans le milieu.

Comment vivez-vous ce confinement et vos concerts annulés (ça représente combien de dates pour l’instant) ?

Cette crise tombe vraiment à un mauvais moment dans la vie du groupe. Nous venons de sortir notre second album (Acedia, en octobre 2019) et sommes dans l’impossibilité de le défendre sur scène. Nous avions 7 dates, qui ont été annulées ou reportées. Nous devions notamment jouer au festival de Dour, au Durbuy Rock et au Dunk!Fest. C’était des concerts vraiment importants pour nous et pour la promotion de l’album.
L’annulation des concerts et l’impossibilité de répéter, nous a fait nous tourner vers la composition de nouveaux morceaux chacun de notre côté. Nous sommes impatient de nous retrouver pour pouvoir remettre tout ça en commun et continuer à avancer.

Par quel(s) moyen(s) est-il possible de vous soutenir en cette période ?

Ecoutez et partagez notre musique, c’est aussi simple que ça.

Il y a de plus en plus d’artistes qui se lancent dans des sessions livestream : une expérience qui vous tente ? Vous pensez que cette crise aura un impact sur la manière dont on consomme la musique live ? 

Nous avons été contactés par daMusic, un webzine flamand, pour réaliser une session livestream. L’expérience était intéressante. Nous avons décider d’explorer une autre facette de nos morceaux en les reprenant en version acoustique. Nous voulions proposer quelque chose de nouveau. Nous en sommes très contents.

Je ne pense pas que ça ai un si grand impact sur la manière dont le public va consommer la musique. Les livestreams sont comme une attelle sur une jambe cassée, c’est la solution trouvée par les groupes en attendant de pouvoir recommencer à jouer dans des salles. Quand on va voir un concert, on y va non seulement pour la musique, mais également pour y croiser du monde, pour le bar, etc.


Pour Lethvm notamment, un aspect important pour ressentir la musique est la vibration sonore qu’on ne peut retrouver qu’en live. Il y a également la notion de partage émotionnel de la musique qui se perd quand on est séparé par un écran. La présence physique, les regards, les mots échangés après le concert, etc. font partie intégrante de la musique. C’est autant valable pour les musiciens que pour le public.

Les livestreams peuvent avoir une certaine utilité pour les groupes, qui continuent à partager leur musique et à avoir de l’actualité, mais cela laisse de côté toute une autre facette de l’activité musicale : les ingés son, ingés light, employés de salle de concerts, organisateurs, etc. Nous espérons qu’ils arriveront à se relever de cette crise et qu’ils pourront toujours se permettre de prendre des risques dans la composition de leurs affiches.

Le confinement ne semble pas être un obstacle à votre productivité. Vous venez de sortir votre clip “Grey”, on peut s’attendre à d’autres actus de votre part à la sortie de cette crise ?

Après la sortie du clip et celle du livestream pour daMusic, nous allons bientôt recommencer les répétitions. Nous devons travailler et perfectionner notre set en vue de la reprise des concerts. Nous allons également commencer la composition du prochain album, ce qui est un processus qui prend énormément de temps. Nos prochaines actus seront donc des annonces de concerts. Nous savons déjà que nous jouerons le 12 septembre au Durbuy Rock Festival.

Un message à partager ? 

Ecoutez de la musique, intéressez vous aux acteurs locaux et foutez votre masque.


HYBRIDISM

Hybridism, c’est quoi ? Pouvez-vous définir votre projet en quelques mots ? 

HYBRIDISM est né de l’expérience et de l’influence d’un projet individuel à fin d’évoluer progressivement pour devenir un véritable groupe live qui a sorti son premier EP en février 2019. C’est un groupe instrumental de Metal Progressif / Djent, qui compose exclusivement sur des guitares à 8 cordes, originaire de la province du Luxembourg.

Vous avez participé au dispositif LOUD l’année dernière. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

Avec notre tout premier concert et la release de l’album qui fut le 15 Février 2019, avoir été retenu quelques mois plus tard par le dispositif Loud à été une agréable surprise! Nous avons pu avec l’aide de Court-Circuit asbl, avoir une certaine visibilité via leurs réseaux et être découvert hors de notre province en Belgique via des concerts notamment sur Liège et Bruxelles. Mais également de peaufiner notre son de scène, nos jeux de lumière ainsi que notre présence sur scène via des résidences avec un coach, Grégoire Chardon (Thot). Tout cela nous à permis de régler des détails autour de différents aspects non négligeables de notre jeune groupe et cela au bon moment (je pense).

Comment vivez-vous ce confinement et vos concerts annulés (ça représente combien de dates pour l’instant) ?

Pour ma part le confinement est partiel. N’ayant pas arrêté de travailler depuis le début de la pandémie, je n’ai pas vraiment ressenti les semaines s’écoulées ou moins difficilement que d’autres. Dans le groupe il y en a qui sont en télétravail, et d’autres qui sont confinés en attendant d’être rappelés à leurs emplois.

En ce qui concerne nos dates annulées, 6 ou 7 dates entre mars et juin, on a cette impression “d’herbe coupée sous le pied”, une année qui se voulait croissante, dans la continuité de ce que nous avions débuté l’année passée. Nous sommes très déçus de ne pas pouvoir prendre part aux organisations qui ont fait appel à nous cet année ainsi que de devoir laisser tomber les possibles weektrip à l’étranger… C’est comme ça… Mais ce n’est surtout que partie remise !

Par quel(s) moyen(s) est-il possible de vous soutenir en cette période ?

Via notre page Facebook ou notre site. Directement depuis notre page Bandcamp ou tout simplement en écoutant et partageant notre musique via Spotify, youtube, Deezer, Google play…

 

Il y a de plus en plus d’artistes qui se lancent dans des sessions livestream : une expérience qui vous tente ? Vous pensez que cette crise aura un impact sur la manière dont on consomme la musique live ? 

Oui nous avons pensé à des sessions livestream également, mais avec le confinement et l’impossibilité de se rencontrer entre nous on est plutôt dans l’idée de playthrough et de répétitions live individuelles plutôt qu’un réel live du groupe dans son intégralité.
Personnellement, je ne crois pas que ce que nous vivons actuellement va avoir un impact majeur sur la façon dont on consomme la musique live. Durant ces dernières semaines du fait du confinement, ça a boosté un tas d’artistes à se développer à travers internet qui est le principal centre d’intérêt commun du monde actuellement (haha), pour pouvoir être soutenu durant ces moments difficiles, et heureusement leurs nouveaux acquis seront toujours valable après la crise.
Maintenant si on parle concrètement de la manière de consommer la musique, je ne pense pas me tromper en disant que tout ceux qui sont d’un coté ou de l’autre de la scène habituellement veulent reprendre part à des concerts live avec l’énergie, les rencontres sociales, la pression acoustique et la pression en fût qui va avec !
Chose qui n’est pas aisé d’avoir dans son salon à moins d’être assez isolé de ses voisins.

On peut s’attendre à des actus de votre part à la sortie de cette crise (EP, morceaux, clips, live) ?

En vue de la crise et à la suite de l’annonce des dates annulées, nous avons pris la décision de nous centrer sur la composition du second EP avec pour objectif de le finir pour cette fin d’année, il y a déjà eu un peu de teaser du travail autour de ça sur nos page Facebook, Instagram et il y en aura certainement encore!
Après le confinement, nous aimerions reprendre quelques projets videos dont des clips et playthrough également. Actuellement le Durbuy Rock Festival sera toujours notre prochain concert, la date de celui ci ayant été reculé au weekend du 11 et 12 Septembre. (fingers crossed!)

Un message à partager ?

Prenez soin de vous, de vos familles et restez critiques!

PS: on veut retourner le Durbuy svp !!!

RETROUVEZ LETHVM ET HYBRIDISM EN CONCERT AU DURBUY ROCK FESTIVAL LE VENDREDI 11 SEPTEMBRE ET SAMEDI 12 SEPTEMBRE DANS LE CADRE DES EXTRAS.

Plus d’infos sur le programme des Extras 2020 sur lesextras.be.

#SUPPORTYOURLOCALMUSICSCENE

ARTICLES SIMILAIRES