.26 octobre 2019
Par Martin Monserez

Partager sur

Eristic Fuel : Le chaos et la crasse à fond les basses

En quelques années, l’asbl néo-louvainiste est parvenu à réussir son pari : trouver une place pour les musiques underground et alternatives dans la ville étudiante. Oui, on peut aussi faire crisser les guitares à Louvain-la-Neuve.

Qui a dit qu’il n’y a qu’en guindailles qu’on peut faire la fête à Louvain-la-Neuve ? La ville (de moins en moins) estudiantine regorge de possibilités différentes pour s’amuser. Encore faut-il savoir où chercher ou auprès de qui se renseigner. Et l’asbl Erictic Fuel est un interlocuteur tout désigné. Derrière ce nom énigmatique se cache un collectif qui milite depuis 2012 pour accorder davantage de place à la programmation de musiques alternatives et underground dans le paysage culturel néo-louvainiste. Des genres sous-représentés à l’époque alors qu’une réelle demande existait au sein de la population locale. « Les personnes sont souvent interpellées quand ils entendent le nom de l’asbl la première fois. C’est un gros délire, un truc qui tout et rien dire qu’on a trouvé un jour à l’issue d’un brainstorming. Il fait référence à Eris, la déesse du chaos dans la mythologie grecque, mot qu’on a voulu angliciser pour que ça sonne mieux. Et le fuel, c’est pour l’aspect crade », explique Morgane van den Heuvel, vice-présidente de l’association et programmatrice. Non pas « crade » comme le sol de la Casa un lendemain de soirée, mais en référence aux styles musicaux « musclés » des groupes programmés : metal, punk, stoner, doom entre autres.

Une demi-douzaine de fois par an, le collectif organise des soirées « Eristic Fest » à la Maison de Jeunes Chez Zelle le vendredi soir, afin de toucher le public étudiant qui ne rentrerai pas immédiatement chez ses parents le week-end, et les jeunes (et moins jeunes) travailleurs qui seraient plus réticents à sortir la semaine. Le prix de l’entrée est libre (7 euros conseillés qui serviront à payer le cachet des artistes) et donne droit à voir trois groupes soigneusement sélectionnés. « On choisit des artistes de genres similaires en veillant à une progression « du plus gentil au plus méchant », du plus accessible au plus « rentre-dedans ». On essaye généralement d’avoir une partie plus locale, avec un groupe qui vient par exemple de Namur ou Liège, et une tête d’affiche qui tourne bien et est connu dans sa niche. Au niveau des styles, on peut avoir des soirées plus métal hard-core, des soirées plus folk-metal, des soirées post-rock voire doom. Ça dépend de nos envies et de la disponibilité des groupes. »

Parallèlement, Erictic Fuel coordonne également la programmation concerts du Dude Bar, établissement situé sur la Place des Sciences de LLN. Ces soirées hebdomadaires se déroulent principalement en semaine durant l’année académique (en dehors des périodes de congés, blocus ou session d’examens), et sont gratuites avec à chaque fois de deux groupes max. « Nous avons élargi notre « catalogue » au Dude Bar, pour lequel on va chercher des groupes de pop-rock, de rap et hip hop. Là, c’est vraiment l’ancrage local qui détermine l’approbation de groupes débutants ou confirmés. » Depuis fin de 2018, le collectif aussi commencé à superviser les aspects de booking, management, communication et technique de groupes suivis depuis de nombreuses années. « On a vraiment fait un bon bout de chemin depuis l’époque où on buvait des bières dans un kot en se disant « On va organiser des concerts » sans ne rien y connaître ». L’équipe composée d’une dizaine de bénévoles a gagné en maturité, et ça se ressent aussi dans la qualité des soirées organisées.

Plus d’info sur Eristic Fuel

ARTICLES SIMILAIRES