menu
asbl court circuit-

28-09-2017

Enseignement des musiques actuelles : Quelles formations ?

Musiques électroniques, musiques émergentes, fusion, musiques hybrides… autant de nouveaux styles qui propulsent la nouvelle génération de musiciens sous les spotlights : Quelles formations pour quel(s) public(s) ?

Les écoles, instituts supérieurs des arts et les centres de formation privés sont restés longtemps dans une offre de formation basée sur la musique purement classique (dans son sens large), la musique expérimentale ainsi que sur les métiers de l’audiovisuel (ingénieur du son, réalisateur, cadreur, animateur 3D…). Bien que les musiques actuelles dites « émergentes » existent depuis des décennies, leurs formations n’étaient pas le fer de lance des institutions concernées. Les musiciens étaient alors forcés de suivre une éducation plutôt technique et d’en tirer parti pour lancer leur projet musical professionnel.

Quelle offre aujourd’hui pour qui voudrait suivre les traces de nos compatriotes Netsky, Goose, Lost Frequencies ou encore le duo Dimitri Vegas & Like Mike ? EDM, hip hop, techno, house, drum’n’bass… l’offre s’est maintenant étendue et les établissements proposent des études ou des formations aussi récentes et inédites qu’intéressantes et nécessaires. On l’a bien compris en Belgique aussi, une industrie en pleine expansion est à nos portes et il est grand temps de proposer des formations à la hauteur des exigences de ces styles de musiques actuelles.

Même si les puristes défendront l’idée que ces musiques ne peuvent s’apprendre que grâce à une pratique acharnée et un dévouement sans faille en auto-didacte (pour éviter de formater les étudiants avec une manière systématique de travailler), il est pourtant nécessaire de guider les plus jeunes dans la jungle technologique qui les entoure pour survivre dans ce milieu à long terme.

A noter qu’à l’heure à laquelle est rédigé cet article, certaines académies de musique ont montré leur intérêt quant à l’intégration potentielle d’un cours en musique électronique dans leurs programmes à venir. C’est là un signal intéressant soulignant l’ampleur de la musique électronique au sens large dans notre paysage.

Outre le Conservatoire Royal de Liège et celui de Bruxelles, il existe d’autres possibilités de formations pour ces nouveaux métiers. En voici un tour d’horizon (non exhaustif) :

IMEP – Institut Supérieur de Musique et Pédagogie (Namur)

L’institut propose un bachelier/master en informatique musicale. On y apprend la composition et l’écriture en musique de film, de jeux vidéo et animation, le sound design, la musique pour le secteur publicitaire et la production en musique électronique (studio et live).

L’IMEP dispense des diplômes reconnus par la Fédération Wallonie-Bruxelles (au même titre qu’un Conservatoire Royal).

Arts2 (Mons)

On y retrouve une formation de type long (bachelier – master) en musiques appliquées et interactives (musique de film, musique de scène, création multimédia, arts numériques…).

C’est également la seule école supérieure en Belgique à proposer un cursus de composition acousmatique dont la renommée est maintenant internationale.

SAE Institute (Ixelles)

D’abord un centre de formations sur les métiers de l’audiovisuel, le SAE Institute a développé un cursus nommé “Electronic Music Production”, une formation courte de 4 mois, avec deux niveaux (débutant ou avancé). Le SAE Institute est reconnu pour son implantation internationale et le matériel mis à disposition de ses élèves.

Atelier Rock (Huy)

Techno, metal, jazz, pop rock, reggae,… l’Atelier Rock met le focus sur les styles actuels.

Les cours d’ensemble et le coaching apprennent aux musiciens à s’écouter et à se répartir le travail au sein d’un groupe. Le cours d’instrument est individuel tandis qu’une série de cours collectifs complémentaires y sont proposés : chant d’ensemble pop rock, étude de styles/histoire des musiques actuelles, formation musicale et rythmique, initiation à la composition ou à l’improvisation. Les élèves ont également la possibilité de se produire sur scène deux fois par an pour se préparer aux conditions professionnelles. De par sa structure, l’Atelier Rock propose un programme de promotion des artistes et de soutien aux jeunes musiciens. Parmi ses points forts, son appartenance au réseau des salles de concerts de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Club Plasma.

MJ-Music (Maisons de Jeunes en FW-B)

Des ateliers rap et de guitare en passant par le djembé, le djing, le circuit bending ou encore le beatbox, le réseau MJ-Music offre une bonne entrée en matière et un programme d’ateliers très complet, éclectique et abordable !

Mouvement (Waterloo)

Ecole des Arts et du Spectacle, cette institution propose des formations pour enfants et adultes en M.A.O. (Musique Assistée par Ordinateur), chant, piano, guitare, basse et batterie, ne nécessitant aucun pré-requis puisque les notions de solfège s’apprennent en même temps que la pratique.

L’école dispose d’un studio d’enregistrement et organise annuellement un concert des étudiants dans une salle de concert.

Rock’s Cool (Namur, Ciney, Tamines, Dinant, Beauraing, Walcourt)

Autre école extra-académique qui propose l’apprentissage dans une démarche collective.

On y retrouve des cours de guitare, basse, batterie, chant, piano et du coaching de groupe.

La qualité des professeurs et les studios d’enregistrement à disposition en font un établissement de choix. Seul petit bémol dû à sa réputation : la liste d’attente parfois longue pour certains instruments.

 

De l’autre côté de la frontière linguistique, on retrouve bien évidemment des écoles hautement réputées, citons par exemple le Conservatoire Royal d’Anvers, la Hogeschool PXL (Hasselt), la School of Arts (Gand) ou encore le centre de formation Jazz/Pop Studio (Anvers).

 

Nicolas Debois
Professeur/Producteur/Ingénieur du son

 

Retour puce court circuit