.11 février 2022
David Dehard

Partager sur

Analyse | Le retour des concerts debout !

Le CODECO vient d’annoncer le passage au code Orange tel qu’il est défini par le baromètre Covid. Cela signifie que les concerts debout sont à nouveau autorisés. Le CST reste d’application pour l’instant mais son usage fera l’objet d’un débat au Parlement. Le masque reste obligatoire pour le personnel et pour le public lors des événements assis uniquement. On peut à nouveau boire un verre debout, sans masque, en regardant un concert et en se déplaçant…

Tout semble réjouissant et permet effectivement une certaine reprise des activités. Toutefois, les organisations de concerts font encore face à plusieurs contraintes qui ne permettront pas une reprise sereine.

En effet, d’une part, les contraintes en matière de qualité de l’air telle qu’elles sont définies dans le baromètre restent intenables. Pratiquement, la norme de 900 ppm est impossible à respecter. C’est ce qui est recommandé dans des bureaux où les gens sont assis durant une journée entière, notamment. Dans un contexte où les gens bougent pendant deux ou trois heures, la réalité est différente. Techniquement, la solution est soit d’ouvrir les fenêtres, mais le bruit est évidemment problématique pour le voisinage et le confort des spectateur·rice·s, soit d’investir dans du matériel très onéreux, ce qui rend la viabilité des lieux encore plus précaire.

Par ailleurs, si ces normes ne sont pas tenues, les lieux devront se soumettre à une réduction de leurs capacités d’accueil. Aucune sanction de ce type n’est prévue dans d’autres secteurs (école, transport en commun ou centres commerciaux). En code orange, il est effectivement prévu que les jauges maximales soient réduites (70%). Or, certains événements affichent déjà complet pour février et mars. Que va-t-il se passer pour les détenteur·rice·s de tickets ? Va-t-on faire face à de nouveaux reports ou à tirage au sort des spectateur·trice·s ayant droit à leurs concerts ?


Voir aussi notre ressource sur la qualité de l’air

Photo © Mathilde Laurent

ARTICLES SIMILAIRES