.16 avril 2021
Caroline Bertolini

Partager sur

Communiqué UPAC-T en vue du Codeco du 23 avril | Déconfinement et spécificités du secteur culturel

La tenue d’un prochain CODECO le 23 avril spécifiquement dédié à la culture, l’événementiel et les autres autres activités avec public, était annoncé le 14 avril dernier. En résultait l’envoi d’une note détaillée et une nouvelle rencontre avec le Cabinet Vandenbroucke. Voici les demandes de l’UPAC-T concernant un potentiel déconfinement des activités culturelles et ses spécificités.

Lettre à l’attention du Ministre Frank Vandenbroucke

Monsieur le Ministre Frank Vandenbroucke, 

Messieurs, 

Nous vous remercions pour la réunion d’hier matin et son écoute attentive. 

Nous répondons à son invitation en vous envoyant aujourd’hui le document reprenant les spécificités du secteur culturel qui invite à sa réouverture dès le premier mai prochain en extérieur comme en intérieur en raison de sa non-dangerosité avérée et attestée notamment par de nombreuses études scientifiques belges et étrangères. 

Nous vous informons que la communication du CODECO de ce 14 avril dernier a attisé une colère légitime des acteur·rice·s du secteur. 

Vous comprendrez aisément qu’à défaut d’une réouverture de notre secteur dès le 1er mai, annoncée par le CODECO du 23 avril prochain, nous ne pourrons plus contenir les actes de désobéissance civile de nos membres, qui se multiplieront. 

Nous vous demandons instamment d’agir en conséquence et de prendre les mesures concrètes d’ouverture de notre secteur pour ne pas arriver à de telles extrémités. 

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre plus haute considération. 


Déconfinement : spécificités du secteur culturel

Nous sommes une trentaine de fédérations représentatives du secteur francophone des arts et de la création et représentons donc plus de mille membres : lieux de diffusion, organisateur·ice·s de spectacles, travailleur·euse·s et porteur·euse·s de projets. 

Approche générale 

– Abandonner l’approche sectorielle (swich on / swich off) au profit d’une approche de gestion du risque, préventive : prôner une approche par activité 

– Assurer la solidarité intersectorielle, ne pas opposer les secteurs entre eux. – Répondre au besoin vital de la population de recréer un minimum de lien social dans des conditions sanitaires sûres 

Permettre le redémarrage d’un maximum d’activités pour diminuer l’impact budgétaire sur la sécurité sociale et répondre au besoin des travailleur·euse·s de retrouver un revenu décent 

Appliquer des normes de sécurité objectives, proportionnées aux risques, en cohérence avec ceux appliqués pour d’autres secteurs et en concertation avec les opérateurs concernés 

Paramètres à prendre en considération pour déconfiner :

– Non-dangerosité de l’activité proposée 

– Santé mentale de la population 

– Adhésion de la population aux mesures sanitaires 

Spécificités du secteur culturel : non-dangerosité & mission d’intérêt public 

Lieux 

– jauges des salles limitées (50 à 1200 places) 

– impact limité : +/- 1000 lieux culturels en Belgique pour 30.000 coiffeur·euse·s et 200.000 magasins 

– infrastructures toujours conçues et sécurisées pour l’accueil du public, et permanentes dans la plupart des cas 

– activités récurrentes et personnel permanent dédié à l’encadrement des activités et à la gestion des lieux 

– les opérateurs reconnu.e.s et subventionnés par les pouvoirs publics assurent une mission de service public et sont soumis à des obligations de sécurité renforcées et contrôlées 

– de nombreuses études scientifiques démontrent déjà la non-dangerosité des lieux culturels. Des phases tests sont inutiles pour le secteur culturel, et des protocoles sûrs existent déjà. 

Public 

– le public porte le masque en tout temps (ni boisson ni nourriture) – public silencieux, regardant dans la même direction ; pas d’interaction avec la scène et les autres spectateur·trice·s. 

– placement par bulle (distanciation entre les bulles) 

– L’opérateur maîtrise les comportements et les mouvements : public discipliné et prudent (pas d’alcool etc), souvent fidélisé et inscrit dans une relation de confiance avec l’opérateur 

– flux de public à gérer assez limités 

– L’impact des déplacements des publics est limité : 

– pas de déplacement de masse (transports publics…) 

– pas de rassemblement avant/après l’activité 

 

Proposition : une approche nuancée basée sur de critères objectifs de sécurité sanitaire 

1/ L’ouverture des lieux culturels avec autorisation des activités culturelles en intérieur et en extérieur, sur la base de paramètres objectifs de sécurité des publics 

– à partir du 1er mai 

– masque et distanciation 

– pas de boissons, ni nourriture pendant l’activité 

– jauge : 200 en intérieur et 400 en extérieur 

– extension possible de jauges par dérogation suivant sécurité 

2/ En tout temps, la possibilité d’un « service minimum » pour un public limité (jauge minimale) soutenu financièrement par les pouvoirs publics 

– un « service minimum » de diffusion et d’action culturelles, et ce quelle que soit la situation épidémiologique. Ceci permettra 

d’assurer la continuité de la diffusion des œuvres, le maintien des liens avec les publics ainsi qu’un certain exercice des droits culturels. 

– selon les réalités de viabilité économique de l’opérateur 

– public assis en intérieur ; assis ou debout en extérieur 

– masque et distanciation 

– pas de boissons, ni nourriture pendant l’activité 

– jauge : 50 personnes à l’intérieur, 100 en extérieur 

– extension possible de jauges par dérogation suivant sécurité

Les signataires

UPACT (Union de Professionnel·le·s des Arts et de la Création — Travailleur·euse·s)

ACC (Association des Centres culturels de la Communauté française de Belgique)

ASSPROPRO (Association des Programmateurs Professionnels)

ASTRAC (Réseau des professionnels en Centres culturels)

Le club des 5

Cinémas Art et Essai : Le Palace, Nova…

CONT’ACTE (Fédération des opérateurs des Arts du conte et de l’oralité)

Court-Circuit (Fédération d’Organisations de Concerts)

FEAS (Fédération des Employeurs des Arts de la Scène)

ARTICLES SIMILAIRES