.14 janvier 2022
Caroline Bertolini

Partager sur

Le collectif MusicTooBelgium est né et recueille vos témoignages

Après la création de MusicToo en France durant l’été 2020 pour dénoncer le sexisme et les violences sexistes et sexuelles, c’est en Belgique que le mouvement vient de naître. Le mouvement s’appelle #MusicTooBelgium et est apparu avec la création d’un compte Instagram et le lancement d’un formulaire de témoignage pour libérer la parole dans le secteur musical belge. Voici une partie de leur manifeste :

À l’été 2020, la page Instagram #MusicTooFrance voit le jour. Inspiré du mouvement #metoo, le collectif originellement anonyme se réapproprie le hashtag en créant #MusicTooFrance et donne naissance à un espace de libération de la parole sans précédent dans le secteur de la musique. En seulement deux mois, plus de 300 témoignages de violences sexistes et sexuelles sont récoltés et une vingtaine d’enquêtes sont menées et publiées par Médiapart, Néon magazine et Street Press. La dénonciation de ces violences en France nous rappelle inexorablement que la loi du silence et l’impunité sont toujours à l’œuvre dans le secteur musical belge. Les rumeurs et bruits de couloir s’accumulent, des noms sont murmurés sans jamais être dénoncés publiquement.

Nous, collectif anonyme à l’initiative de #MusicTooBelgium, sommes issu·e·s du secteur musical belge. Dans la droite lignée de #MusicTooFrance, nous mettons à disposition un formulaire afin de permettre aux victimes de violences sexistes et sexuelles de témoigner et de nommer leur(s) agresseur·euse(s).

Au sein d’un secteur professionnel où les normes sont écrites au masculin, où les hommes sont numériquement majoritaires et occupent les postes décisionnaires, où les stéréotypes de genre dissuadent les femmes de faire carrière, les violences sexistes et sexuelles sont rarement dénoncées.

Il est temps que la peur change de camp.

#musictoo
#musictoobelgium
#ontecroit

Recueillir des témoignages

Jusqu’au 12 avril 2022, le collectif recueille vos témoignages de violences sexistes (propos sexistes, dégradants, ambiances sexistes) et sexuelles. À partir de ces informations, il pourra recouper des récits d’agressions et de violences entre eux, dessiner des profils et rassembler des plaintes. Dans certains cas, il pourra transmettre des informations aux médias afin qu’ils puissent mener une enquête.

>> Témoigner

>> Compte Instagram

 

ARTICLES SIMILAIRES

...